Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 2

  • Le CHM doit faire face à la hausse

    Ce vendredi 23 octobre 2020, le comité Hospital & Transport Surge Capacity demande à tous les hôpitaux généraux et universitaires d’enclencher la phase 2A. Cette étape déjà active au CHM au vu du nombre d’admissions implique de plutôt se préparer à la phase 2B.
     
    Mouscron : Philippe Bonnet, nouveau directeur médical du CHM - Édition  digitale de Mouscron
     
    Le comité de crise du CHM anticipe les futures admissions liées à ce virus qui ne cesse de progresser au sein de la population. Les citoyens touchés de plein fouet par cette contamination arrivent massivement au CHMouscron. L’institution a donc décidé d’augmenter sa capacité d’admission Covid-19 et de réserver davantage de lits pour les patients malades du Covid-19.
     
    Comme à chaque changement de phase, l’augmentation du nombre de lits induit une réorganisation de l’ensemble de l’offre de soins. En effet, pour prendre en charge les patients qui contractent le virus et qui présentent des symptômes accompagnés d’une altération de leur état de santé nécessitant une hospitalisation, il faut du personnel qualifié.
    Pour répondre à ce besoin, les activités électives et planifiées sont interrompues. Chaque patient concerné par ce report sera contacté personnellement. Le personnel, affecté aux services de chirurgie, sera dévolu à d’autres missions que celles habituellement accomplies.
    À partir ce lundi 26 octobre 2020, l’activité au niveau de l’hôpital de jour chirurgical est interrompue. « Il est important de préciser que la réduction de l’activité reflète l’augmentation en besoin de personnel soignant pour prendre en charge les nombreux cas confirmés de covid-19 », explique Laurence Deceuninck, porte-parole de l’hôpital.
    « À ce jour, les consultations et les traitements sont maintenus. Nous insistons sur le fait que l’hôpital est un lieu sûr ! Vous pouvez vous y rendre sans crainte. Si vous ne vous sentez pas bien, nous invitons les patients à prendre contact avec leur médecin généraliste.En tant qu’institution hospitalière, nous nous devons d’alerter la population et de l’inviter à respecter au maximum toutes les mesures avancées par le Comité de concertation national. »

  • La durée du pass Visit Wallonia prolongée

     
    Bonne nouvelle pour les ménages qui avaient obtenu les 20.000 premiers pass Visit Wallonia. Leur validité qui devait s’achever le 6 novembre a été prolongée jusqu’au 31 décembre, suite à l’évolution de la pandémie et la décision du Comité de concertation de fermer les parcs d’attractions et de limiter certaines autres activités.
    La distribution des 20.000 pass suivants qui était prévue ce 1 er novembre est reportée au 1 er décembre 2020, sous réserve de l’évolution sanitaire. Quant à la troisième et dernière salve qui était planifiée le 1 er décembre, aucune date n’est avancée. L’opération pourrait déborder sur 2021 car l’enveloppe totale de 5 millions d’euros est maintenue dans son intégralité en fonction de la reprise de la distribution. Pour rappel, le but, voulu par la ministre Valérie De Bue est de soutenir le secteur touristique wallon en encourageant la fréquentation des opérateurs.
    Le pass de 80 euros par ménage est à dépenser dans plus de 600 hébergements, attractions, musées ou expositions, ainsi qu’une sélection d’autocaristes proposant des excursions en Wallonie.

  • Des autocars de tourisme en renfort pour les bus du TEC

    Ces derniers jours, l’affluence a reculé au TEC. « Mais l’érosion n’a pas touché l’heure de pointe du matin où nous sommes très proches d’un jour normal avec les enfants qui vont à l’école », note Stéphane Thiery, directeur marketing du TEC. Le matin, toutes les ressources disponibles, en termes de véhicules et de personnel, sont mobilisées. Or, le Comité de concertation de ce vendredi a appelé à optimaliser la capacité pour éviter toute surfréquentation.
     
    Pionnier des bus gratuits, Dunkerque suscite l'intérêt de nombreuses villes  - Libération
     
    « Nous allons faire appel au privé pour renforcer le service », indique le porte-parole. En temps normal, le TEC sous-traite déjà 27 % de son offre à des opérateurs privés. Dans le cas présent, il ne sera pas possible de recourir à eux car ils n’ont pas de bus en réserve. Le TEC se tourne donc vers les autocaristes privés. « L’idée est que des autocars de tourisme suivent nos bus », détaille Stéphane Thiery. La solution n’est pas sans encombre.
     
    Les lignes desservies par ces cars devront être identifiables par les usagers. Du fait des feux de circulation, les autocars risquent de perdre le contact avec les bus qui les guident. Ils devront pouvoir se retrouver. Il y a aussi la question de la sonnette pour demander un arrêt. « Nous avons listé une série d’obstacles à régler. L’objectif est que ces cars soient déployés après les vacances de Toussaint. Ce ne sera pas simple, mais nous allons tout faire pour y arriver », assure Stéphane Thiery.
    Changer les heures d’école.
     
     
    Du côté de la SNCB, « nous n’avons plus que 53 % de nos passagers habituels contre 68 % au début de ce mois. L’occupation moyenne en heure de pointe est actuellement de 33,2 % », chiffre Elisa Roux qui conseille l’app MoveSafe. Elle permet de connaître à l’avance l’occupation d’un train. Le cas échéant les 1 res peuvent être déclassées pour respecter les distances.
     
    source : article  
    YANNICK HALLET sudinfo

  • A la une de votre Nord Eclair de ce jour

  • A la une de votre Nord Eclair de ce jour